Premiers besoins

[traduction d'une partie d'un courriel de l'ASN à ses correspondants]

Le nombre d'Haïtiens insuffisants rénaux chroniques est qualifié d'important par l'ASN mais n'est pas connu (source : Haiti Xchange) et les centres de dialyse de l'île sont peu nombreux. Le tremblement de terre a certainement rendu aléatoire l'accès à ces centres. Il est probable que la dialyse péritonéale soit la technique d'épuration la plus utilisée en Haïti.

A ce stade, on peut émettre les spéculations suivantes :
- il y aura beaucoup de crush syndromes et les survivants auront besoin de dialyse
- la disponibilité en eau et électricité sera très aléatoire
- pour ceux qui requéreront une dialyse aigüe, des traitements combinés par hémodialyse et DP pourraient être envisagés
- des volontaires (médecins, infirmières, techniciens, autres) seront nécessaires, et les francophones en tout premier lieu
- le déménagement de patients dialysés stables sera nécessaire rapidement. Il nous faudra anticiper rapidement ces besoins avec nos propres ressources
- le dosage de la créatinine, des ions, du glucose pose un problème particulier

Posts les plus consultés de ce blog

1er Congrès de la SFNDT

AG SFNDT

Calculateur CKD-EPI