AG Marrakech 2008 (2)


Professeur Patrice Deteix, Vice-Président de la Société de Néphrologie :

Merci à notre président Pierre Ronco de me permettre de vous donner quelques informations complémentaires concernant notre société.

La politique vis-à-vis des jeunes et en particulier le rapprochement avec le Club des Jeunes Néphrologues.

Il est important pour toute société que ne se crée pas un fossé entre les plus âgés souvent investis dans le fonctionnement et les jeunes collègues fraîchement diplômés qui doivent être accueillis à bras ouverts. C’est d’un travail commun intergénérationnel associant tous les talents que naissent la qualité et la solidité des entreprises, des projets. La création du Groupe des jeunes néphrologues a eu lieu en 1999, à l’instigation de Jean-Pierre Grünfeld. Ce groupe est devenu Club avec le sponsoring de Bristol-Myers-Squibb en 2001, puis la société AMGEN est venue se joindre au premier partenaire. L’objectif du club est « de permettre la discussion sur des questions néphrologiques en dehors du cadre hospitalo-universitaire et des rapports hiérarchiques habituels par le moyen de débats libres et ouverts basés sur un rationnel scientifique et dans le respect des différences ». Cet objectif est aussi celui de toutes les générations de professionnels. L’objectif du Club est aussi de mettre en œuvre une recherche en néphrologie et des actions de formation et d’information destinées au corps médical et aux patients. L’organisation d’une réunion annuelle de jeunes néphrologues est un des ciments de l’association dont les membres ont moins de 41 ans.

Aussi bien du côté du Club des Jeunes Néphrologues que de celui des membres du bureau de la Société de Néphrologie, il est apparu un réel intérêt d’associer les talents de chacun, les potentiels du club et de notre société. Ce rapprochement ne doit pas signifier une perte d’identité pour les plus jeunes néphrologues. A l’évidence les jeunes néphrologues dont certains sont déjà membres de la Société de Néphrologie doivent pouvoir trouver dans notre société quelques repères, opportunités d’action, responsabilités spécifiques de leur génération, de leur créativité. Il est aussi important qu’ils appartiennent aux différentes commissions. Un espace de convivialité plus spécifique des plus jeunes d’entre nous doit être construit avec eux, être différent d’une commission classique et leur appartenir. Pourquoi ne pas créer une « délégation jeunes néphrologues de la Société de Néphrologie» à côté du bureau de notre société, délégation chargée de faire des propositions sur les programmes des réunions de la Société de Néphrologie et de réunions initiées par nos jeunes collègues et destinées plus particulièrement à leur génération. Les propositions de cette délégation seraient discutées au sein des commissions où ils seront présents. Il existe déjà une représentation prévue au sein du conseil d’administration pour les jeunes néphrologues, une présence au niveau du bureau du conseil pourrait être organisée pour le groupe des plus jeunes, cela est bien entendu seulement ouvert à discussion pour l’instant. En outre, nos jeunes collègues devront garder les moyens de leurs actions avec un montage budgétaire leur permettant une certaine autonomie.

Un groupe de travail composé de membres du Club des Jeunes Néphrologues et de membres du conseil d’administration de la Société de Néphrologie a été constitué pour préciser les modalités de ce rapprochement et le soumettre aux instances des deux structures dans les mois qui viennent. Nous sommes à une époque d’union des forces, de recherche de la meilleure efficacité pour utiliser au mieux des ressources qui ne sont pas illimitées. Ce rapprochement démontrant un intérêt fort pour les plus jeunes est un objectif de notre société.

Le groupe Expert IRC auprès de la DHOS (COPIL)

La commission IRC installée auprès de la DHOS depuis plusieurs années continue son travail. Michel Godin a accepté de continuer à nous représenter dans cette instance. Les dernières réunions du groupe ont été consacrées à la poursuite des travaux sur la pratique de la dialyse péritonéale en court séjour hospitalier et en Etablissement d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes. Ces travaux devraient aboutir à des modifications de facturation permettant une plus grande diffusion de cette technique de dialyse. Merci à notre ancien président de nous représenter dans cette commission.

L’Association des Sociétés et Syndicats de Néphrologues (A2SN), l’Evaluation des Pratiques Professionnelles (EPP), la Haute Autorité de Santé (HAS), la Fédération des Spécialités Médicales (FSM).

Trois partenaires occupent actuellement la place en matière d’organisation et de gestion de la santé : le mouvement managérial (des gestionnaires comme les Agences et des financeurs comme l’Union Nationale des Caisses d’Assurance Maladie), le mouvement consumériste avec les usagers et le mouvement professionnel (les sociétés savantes, les syndicats).

A2SN

L’HAS en charge de l’EPP et de l’accréditation a souhaité une représentation professionnelle des spécialités moins dispersée regroupant sociétés savantes et syndicats. Ainsi il a été proposé la constitution de collèges de pratiques professionnelles (novembre 2007). Ces collèges professionnels uniques de spécialité ou de discipline réunis dans la maison des collèges de pratique professionnelle seront les interlocuteurs de l’HAS. Les missions de ces collèges sont l’EPP, l’accréditation. Pour notre spécialité, ce collège est l’A2SN. L’A2SN a été créée par et pour les néphrologues avec en particulier l’énergie de Maurice Laville. Cette structure qui est un Organisme Agréé pour l’EPP par l’HAS (décision du 10 mars 2008), intègre la Société de Néphrologie, la Société Francophone de Dialyse, la Société Francophone de Transplantation, la Société de Néphrologie Pédiatrique, le Syndicat des néphrologues libéraux, le Syndicat des néphrologues exerçant en CHU, le Syndicat des néphrologues du secteur associatif, le Syndicat des néphrologues des hôpitaux publics tous partie prenante dans cet organisme fédératif pour la néphrologie. La néphrologie a donc constitué son collège d’évaluation des pratiques auprès de l’HAS. L’A2SN a un rôle bien précis en matière d’évaluation des pratiques en tant qu’organisme agréé (OA) qui a pour mission de concourir à l’EPP en organisant la mise en oeuvre et le suivi des programmes d’évaluation des pratiques professionnelles qu’il conçoit et/ou sélectionne (décision de l’HAS du 7 novembre 2007, publiée au JO du 3 janvier 2008). L’A2SN reçoit pour cela une délégation de l’HAS portant notamment sur la création de recommandations et la définition d’indicateurs. L’A2SN vient d’entreprendre un inventaire de toutes les actions d’EPP en néphrologie.

La frontière entre l’action de l’A2SN et celle de la Société de Néphrologie est bien définie. Notre société selon ses statuts a pour but de « favoriser en francophonie le développement de la néphrologie et de promouvoir la recherche et l’enseignement dans tous les domaines de cette spécialité par la réunion périodique de ses membres ». C’est clair, il s’agit de la recherche et de la formation continue. Nos statuts prévoient également des actions dans le domaine de l’organisation des soins, de la qualité des soins et de leur pratique ; ce sont ces derniers objectifs que nous partageons avec d’autres dont les syndicats au sein de l’A2SN. A côté de l’évaluation de nos pratiques partagée avec d’autres structures, la recherche et la formation médicale néphrologique continue sont les domaines propres de notre société. Un dossier piloté par Jean-Jacques Boffa est destiné à faire reconnaître la Société de Néphrologie comme organisme de formation continue.

La Fédération des Spécialités Médicales (ancienne fédération des sociétés nationales de spécialités médicales) a pour objectif « l'information et le dialogue entre spécialités médicales, organismes de santé et de recherche et la Société Civile ». L’A2SN représente auprès de la FSM la néphrologie dans ses composantes sociétaires et syndicales. La FSM joue un rôle dans la formation médicale continue et à ce titre avait été chargée d’évaluer notre réunion commune de Lyon. Cette évaluation va servir à améliorer l’organisation et la qualité des sessions de formation continue de nos congrès. Cette fédération assure également pour ce qui la concerne une action transversale auprès de l’HAS pour l’EPP et une représentation européenne au sein de l’Union Européenne des Spécialités Médicales (UEMS) à Bruxelles.

COMPAQH

Il faut citer La COordination pour la Mesure de la Performance et l’Amélioration de la Qualité Hospitalière appelée groupe COMPAQH, né en 2003, dont l’objectif est de développer des indicateurs de qualité, d’évaluer leur qualité métrologique et d’émettre des recommandations de généralisation de ces indicateurs. Notre société et la Société Francophone de Dialyse ont entrepris une collaboration avec ce groupe de méthodologistes pour élaborer des critères de qualité en dialyse.

Recommandations

Pour terminer avec l’HAS, deux recommandations ont été diffusées par la Haute Autorité en 2008. La première est consacrée au « Suivi ambulatoire de l’adulte transplanté rénal au-delà de 3 mois après transplantation ». Il s’agit de recommandations validées en novembre 2007, publiées en février 2008. Ce travail avait été initié par notre société et la Société Francophone de Transplantation. Le second document est intitulé « Indications et non indications de la dialyse péritonéale chronique ». La demande émanait de la DHOS, il s’agit d’un consensus formalisé. Le texte a été validé en juin 2007 et publié en octobre 2008. De nombreux membres de notre société ont participé à l’élaboration de ce document.

Chers sociétaires, notre société, la Société de Néphrologie, va avoir 50 ans. Que de découvertes, que d’actions, que de formations, que de progrès dans le soin à nos patients depuis 1960 ! Il est important de célébrer avec force ce cinquantenaire et cela de plusieurs façons. Nous devrons souffler tous ensemble les bougies, la date exacte se situe entre les prochaines réunions de Toulouse et de Bruxelles. Il n’était bien sur pas possible de privilégier la ville rose ou la capitale de l’Union Européenne, Nous avons opté pour l’année du cinquantenaire qui débutera à Toulouse et se terminera à Bruxelles ; une façon de souffler deux fois les bougies et d’afficher notre dimension francophone dans l’Europe. Notre société, nous tous, allons devoir faire un beau cadeau à la néphrologie à cette occasion. Pourquoi pas, si nos amis de la Société Francophone de Dialyse en sont d’accord, l’amorce de discussions amicales et franches sur une étape de plus dans notre vie commune. Oui nous le pouvons, tous !

Posts les plus consultés de ce blog

Bourse Baxter

Calculateur CKD-EPI

1er Congrès de la SFNDT